On Farm Food Safety - Canada  
 

 

 
 
Section L’Approche Canadienne

Aujourd’hui, il y a quatre principaux facteurs liés à la salubrité des aliments à la ferme : les préoccupations des consommateurs, les initiatives gouvernementales, les exigences des clients et les mesures prises par les concurrents du Canada. Pour répondre à ces exigences et pour montrer que la nourriture canadienne est parmi la plus salubre au monde, la communauté agricole a collaboré avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et Agriculture et Agroalimentaire Canada pour mettre au point des programmes de salubrité des aliments à la ferme. Les organisations agricoles ont également coopéré avec les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux pour mettre sur pied un processus par l’entremise duquel ces programmes seraient reconnus officiellement par l’ACIA, du point de vue de leur solidité sur le plan technique et de leur efficacité sur le plan administratif.

Au début des années 1990, les groupements nationaux de producteurs spécialisés et les organisations agricoles à vocation générale ont déterminé qu’il y aurait une nouvelle attente qui obligerait les exploitations agricoles à mettre en œuvre des programmes de salubrité des aliments à la ferme. Ils en sont arrivés à la conclusion qu’ils avaient les options suivantes : ne rien faire, attendre que les gouvernements adoptent des règlements, se faire imposer la mise sur pied de programmes par les clients et faire face à la nécessité d’adopter plusieurs programmes rivalisants à la ferme, ou prendre l’initiative de créer, pour leurs membres, des programmes nationaux de salubrité des aliments à la ferme portant sur des produits spécifiques.

L’industrie de l’agriculture a décidé d’être proactive et a commencé à établir le cadre pour l’approche canadienne et à élaborer des programmes de salubrité des aliments à la ferme touchant des produits particuliers et reposant sur les principes HACCP. Cette initiative répondait à un ensemble d’objectifs communs. Les programmes canadiens de salubrité des aliments à la ferme :
• seraient dirigés par les producteurs, seraient à caractère national et seraient accessibles
• porteraient sur des produits spécifiques
• reposeraient sur les principes HACCP et seraient vérifiables
• seraient uniformes et modulaires et pourraient s’étendre
• seraient reconnus au Canada
• seraient acceptés à l’échelle internationale
• seraient abordables et pratiques

L’approche canadienne se traduit par des programmes solides sur le plan technique qui reposent sur une rigoureuse approche « HACCP »,  conforme à l’approche de la Commission du Codex alimentarius dans ce contexte. Pour pratiquement chaque projet, on a tenu compte de renseignements fournis par des fournisseurs et des clients et on a demandé à la fois à l’ACIA et aux agriculteurs, et à d’autres experts d’examiner les propositions. Les organisations agricoles ont échangé de l’information ouvertement entre les projets - aussi bien au sujet des réussites qu’au sujet des défis. Par conséquent, les programmes de salubrité des aliments à la ferme (PSAF) qui en ont résulté et qui sont en voie d’être développés sont solides sur le plan technique, sont pratiques et avantageux pour les producteurs et sont vérifiables.

La mise sur pied d’un programme solide sur le plan technique ne constitue que la première étape. Les producteurs doivent également pouvoir démontrer à leurs clients, dans le temps, qu’ils ont mis sur pied le programme et qu’ils le maintiennent. L’approche canadienne leur permet de le faire. Des organismes nationaux de producteurs offrent des services d’accréditation aux producteurs. Les exploitations agricoles peuvent faire l’objet d’une vérification et si elles répondent aux exigences du programme, elles peuvent obtenir une accréditation. La crédibilité des vérificateurs à la ferme est assurée par l’entremise de programmes de formation basés sur le Codex alimentarius et sur les normes ISO. La gestion administrative des régimes d’accréditation est conçue afin de répondre à des critères précis du gouvernement, ce qui assurera une approche de gestion commune.

L’approche canadienne comporte plusieurs atouts, dont une approche uniforme de l’élaboration des programmes (à participation volontaire, à caractère national, reposant sur les principes HACCP, etc.), une collaboration parmi les groupes agricoles et un solide partenariat industrie/gouvernement. Le succès des programmes de salubrité des aliments à la ferme au Canada dépend de la mesure dans laquelle on parvient à convaincre les agriculteurs et les clients de la valeur de ces programmes et de la collaboration continue entre les groupements nationaux de producteurs spécialisés, les groupes agricoles et les gouvernements.

 
 

pland u site    ©2009 Canadian On Farm Food Safety Working Group  Canadian Web Design